Sébastien Bedoret : « Content de ma progression »

Une évolution constante, aucune erreur éliminatoire et des chronos parmi les meilleurs Juniors en fin de parcours. Tel est le bilan de Sébastien Bedoret pour sa découverte de la Peugeot 208 R2 lors du Rallye du Condroz ! A 21 ans, le jeune Thudinien et son copilote Thomas Walbrecq ont su faire preuve d’une belle maturité avant de dévoiler leur potentiel le dimanche. L’examen est réussi… et le regard plus que jamais tourné vers l’avenir !

Il y a exactement un an, Sébastien Bedoret avait effectué au Rallye du Condroz ses débuts au volant d’une voiture de la catégorie R2. Souvenez-vous : l’ex-Champion de Belgique de Karting avait marqué les esprits quelques semaines plus tôt en remportant – pour sa toute première apparition au niveau national ! – la classe RC5 lors de l’Omloop van Vlaanderen. Il était donc déjà temps pour lui de passer à l’étape suivante… « Après le Condroz 2015, j’ai disputé tout le championnat de Belgique Junior 2016 avec une Renault Twingo R2 », explique le jeune homme de 21 ans. « En compagnie de mon copilote Thomas Walbrecq, qui est un “débutant” comme moi, j’ai énormément appris et je pense avoir bien progressé. »

Tout au long de la saison, Sébastien et Thomas se sont en effet régulièrement rapprochés des meilleurs dans leur catégorie. Mais ils savaient qu’ils ne disposaient pas tout à fait des mêmes armes qu’eux… « La Twingo R2 est une superbe voiture pour apprendre », précise le citoyen de Donstiennes, près de Beaumont. « Mais elle est déjà d’une génération plus ancienne… Il était donc difficile pour moi de savoir où je me situais vraiment en terme de pilotage. Après notre sortie de route de l’East Belgian Rally, nous avons décidé qu’il nous fallait changer de monture pour continuer à évoluer. »

Voilà comment, un an après leurs débuts dans la catégorie R2, Sébastien et Thomas se sont retrouvés au départ du Rallye du Condroz au volant d’une Peugeot 208 R2 de l’équipe française Pit Stop. Mais la tâche qui les attendait était ardue… « Le Condroz est réputé pour être un rallye délicat avec de multiples changements d’adhérence et des routes terriblement glissantes », explique Sébastien. « Et la pluie tombée avant le départ n’a rien arrangé. Ce n’est pas idéal pour prendre confiance dans une nouvelle voiture. Je ne m’étais donc fixé aucun objectif autre que celui d’apprendre cette Peugeot 208 R2 et de rejoindre l’arrivée. »

© Quentin Champion

 

La tête bien sur les épaules, “Seb” n’a pas forcé son talent. Mais en compétiteur dans l’âme, il s’est rapidement comparé aux autres pilotes disposant d’une monture similaire. « Avec Guillaume de Mévius, qui vient d’être intégré au RACB National Team, et Guillaume De Ridder, j’avais deux bonnes références ! Ce sont deux pilotes reconnus pour leur pointe de vitesse et ils connaissent la Peugeot 208 R2 sur le bout des doigts. Samedi, alors que je me sentais de plus en plus à l’aise au volant de ma lionne, j’étais déjà content de me retrouver à environ 1 seconde au kilomètre de leurs chronos. »

Mais le meilleur restait à venir. Lors des étapes spéciales du dimanche, Sébastien et Thomas haussaient très clairement le rythme. Au point de s’intercaler à trois reprises entre Guillaume De Ridder et Guillaume de Mévius, pourtant en pleine bagarre pour la victoire en Junior. « Dans certaines spéciales, j’étais à 1 gros dixième de seconde au kilomètre. Le tout sans avoir l’impression de prendre des risques inutiles. Je suis donc assez content de ma progression ! Mais je sais aussi où je dois encore m’améliorer, notamment en me montrant plus régulier. Cela va venir petit à petit. »

Sans une pénalité de 30 secondes pour une erreur de pointage, les deux compères auraient terminé à la 4e place parmi les R2, devant le nouveau Champion de Belgique de la classe RC4. Mais l’essentiel n’était pas là ! Ils ont prouvé qu’ils pouvaient gérer la pression et qu’ils ont le potentiel pour se battre aux avant-postes. Désormais, il leur faut continuer à accumuler de l’expérience. D’ici la fin de l’année, cela passera par le Rallye du Haut Pays Niçois, une épreuve régionale française, puis le Rallye du Var, finale du Championnat de France des Rallyes. Pour Sébastien Bedoret et Thomas Walbrecq, l’aventure ne fait que commencer !